Le Dernier rempart
Oskar Editions
 
Un roman labellisé "SF" pour science-fiction ou, mieux, pour société-fiction. Le combat de cinq ados pour la liberté et pour la vérité, dans une cité post-apocalyptique dirigée par des tyrans paranoïaques, dont le pouvoir totalitaire se fonde sur la terreur, la peur de l'étranger, la manipulation des esprits et l'imposture.

J'exprime ma reconnaissance envers Christine Féret-Fleury, dont l'oeil de lynx et les conseils avisés m'ont permis de peaufiner et améliorer le récit, surtout dans sa dernière partie.

La quatrième de couverture :

"Tapie derrière son rempart depuis la Grande Catastrophe, l'altière cité attend un ennemi qui ne vient pas. Ses habitants sont divisés en deux castes: celle des ouvriers-exécutants, qui triment et récurent entre deux averses de puie toxique, et celle des concepteurs-experts, qui surveillent et punissent. C'est une ville-prison, un enfer disciplinaire, sous la férule d'invisibles Pères suprêmes. Commençant à 13 ans sa formation de "CE", Keno n'a pas envie de devenir tortionnaire. Avec l'aide de camarades des deux camps, il va prouver qu'aucun mur n'est assez haut pour contenir l'esprit de liberté."
 
 
 Le dernier rempart
 
La magnifique illustration de couverture est l'oeuvre de l'artiste David Demaret.
Critique sur le site Boulimie livresque
 
 A travers l'ouvrage de Roland Godel, nous allons vivre une aventure effarante, dans un monde effrayant, qui m'a fait me poser beaucoup de questions. On y découvre un univers aux règles strictes avec une hiérarchie bien précise avec deux classes sociales qui se confrontent mais aussi une atmosphère pesante tenant du dérèglement climatique.
 
Keno est un jeune garçon qui a du mal à accepter ce qu'on lui impose de faire aux "ouvriers-exécutants" et alors qu'une catastrophe est sur le point de se produire, lui et Athom vont prendre une décision irrémédiable. De son côté, l'une des trois jeunes filles, Zahlia, refuse d'être utilisée comme une simple "esclave". Elle veut une vie différente, meilleure que celle qu'elle a eue jusque là. Les existences de ces personnages vont se croiser puis être liées.
 
Tout est plaisant à découvrir dans ce livre : les personnages, leur évolution, l'ambiance, l'intrigue et bien sûr la plume de l'auteur (simple, fluide, prenante). Je ne savais pas trop à quoi m'attendre au départ mais une fois que j'ai vu où m'emmenait l'auteur, je n'ai pas eu envie de m'arrêter. J'ai donc vu ces cinq personnages progresser, se rencontrer, galérer, se poser des tas de questions, devoir faire des choix primordiaux. Forcément, la confiance a du mal à s'établir entre eux puisqu'ils sont de milieux différents et cela donne encore plus pep's à la lecture. On ne sait jamais vraiment comment ils vont réagir lorsqu'ils se retrouveront les uns en face des autres.
 
Le lectorat adulte anticipera un peu sur certains passages mais dans l'ensemble je n'ai presque rien vu venir. La surprise était quasi-totale et mon intérêt a toujours été présent et ce jusqu'aux dernières pages. En bref, Le dernier rempart est un roman qui m'a fait passer un très bon moment de lecture et que je recommande tant aux adolescents qu'à leurs parents par le message qu'il véhicule.